L'AFP rend hommage au travail de Karam Al-Masri et de ses compagnons d'Alep réfugiés à Paris

(Crédit photo AFP © : Karam Al-Masri (au centre) entourés de Baraa Al Halabi et Zakaria Abdelkafi

Paris, le 24 mars dernier, l'AFP a rendu hommage au travail de ses trois confrères photographes qui ont vécu le siège d'Alep. Parmi eux,  le jeune photoreporter, Karam Al-Masri, 25 ans, récompensé pour ses clichés et vidéos, par plusieurs récompenses* et notamment le Prix Varenne JRI 2016, en décembre dernier. La Fondation Varenne s'associe pleinement à cet hommage et salue son courage extraordinaire et l'exemplarité de son travail.

Il a perdu ses parents, sa maison, la plupart de ses amis mais continue de lutter pour témoigner de l'absurdité et de la cruauté de ce conflit. Karam Al-Masri est arrivé à Paris, en mars où il été accueilli à la Maison des journalistes, dans le XVe arrondissement, lieu où nombre de professionnels de presse réfugiés ont trouvé refuge ces dernières années. Il a ainsi pu obtenir rapidement un visa et ainsi poursuivre sa collaboration avec l’AFP ce dont la Fondation se réjouit.

(Crédit photo AFP © : Karam Al-Masri (au pupitre)

 

*Karam Al-Masri et Rana Moussaoui, lauréats du prix "Enquête et reportage" aux 10e Assises du journalisme et de l'information de Tours 2017 pour leur reportage "Couvrir Alep, la peur au ventre et le ventre vide".

La Presse nationale en parle (aussi)

 

 

 

 

"Karam Al-Masri, au-delà du mal " de Hala Kodmani